Ambiguïtés

Publié le par Aurélie Delfly, Chloé Morcellet, Ronan Joubaud

Ambiguïtés d'Elliot Perlman

traduit de l'anglais (Australie) par Johan-Frédérik Hel Guedj

 

  De brillant instituteur au chômage à pédophile en prison, le destin de Simon bascule en une après-midi. Il kidnappe le fils d' Anna, son amour de jeunesse qui l' a plaqué voilà presque dix ans. Une sombre affaire racontée par sept personnages qui, à tour de rôle donnent leur version des faits à la manière d' Akira Kurosawa . Un thriller gigogne fascinant à la quête d'une vérité introuvable qui recèle les non-dits, les mensonges et aveux d'impuissance. A travers ce carrousel de confessions croisées, Perlman radiographie son époque avec maîtrise et signe un premier roman remarqué en France.

 

  

« Hier soir, il a failli t'appeler. Tu t'imagines, après tout ce temps? Lui, il s'imagine. Il se figure qu'il t'appelle ou qu'il tombe sur toi par hasard. Selon le temps qu'il fait, il t'imagine dans une de tes robes de cotonnades fleurie ou en blue-jean délavé, en épais cardigan de laine sur une chemise à carreaux, et tu bois un bol de café en lisant un livre de poésie derrière tes lunettes cerclées d'écaille, et il pleut. Il pense à toi, les cheveux simplement attachés, à l'odeur sucrée de ta nuque, cette odeur si caractéristique. Il t'imagine ainsi quand il est dans le train, au supermarché, dans la maison de ses parents, le soir, seul, et quand il est avec une femme.

  Pourtant, il se trompe. Tu ne lisais pas de poésie. Il aurait aimé que tu en lises mais tu n'en lisais pas. »

Publié dans La Sélection 2006

Commenter cet article